APPELEZ le : 06 35 42 30 95

ENFANTS EN SOUFFRANCE : MON EXPERTISE

Des ateliers pour enfants en difficulté scolaire, sociale et/ou familiale

Les accidents de vie n'épargnent pas les enfants, et certains laissent des blessures que l'enfant ou l'adolescent ne sait pas exprimer avec des mots. Son comportement va alors changer et se dégrader au fil du temps. Il s'agit de l'expression d'une souffrance réelle quil/elle n'arrive pas à surmonter seul.

Plus qu’une simple pause, mes espaces d’art accompagnement apportent des réponses parce qu'ils remettent l'enfant ou l'ado au centre des solutions : symboliser, dire, reconnaître, être reconnu, se ré-apprivoiser et aller vers l'autre.
L’approche de la médiation artistique permet de se raconter autrement, de libérer la parole, le geste, en donnant de la matière aux émotions: les situer, leur donner forme, les transformer..
.Autant d'étapes qui génèrent un mieux-être, mais surtout offrent une issue de communication, qui permettent par conséquent une approche éducative alternative. Ici le mode d’expression principal se situe dans la pratique d’un art visuel ou de l’expression théâtrale, nous sommes dans « le faire et l’agir » avec les matières, les formes, les couleurs et dans le dernier cas, directement en lien avec son propre corps, et  incontestablement en lien avec les autres. 

Les enfants en souffrance ne sont pas facilement repérables, et il faut la vigilance des différents partenaires - Ecoles, institutions, CMP, Orthophonistes, Pédiatres, Mèdecins généralistes- pour leur proposer un accompagnement différent ; d'une part parce que la souffrance n'est pas quantifiable, ni « standardisable », d'autre part parce que la souffrance des enfants est souvent muette – particulièrement au sein de foyers parentaux violents ou dysfonctionnant-.
Les contextes influant sur la souffrance qui mène à l'exclusion et à la perte d'estime de soi sont multiples : divorce, changements de vie non désirés, rupture familiale, post traumatismes, victimes de harcèlement, d'exclusion, migration répétitive, perte du statut social, pertes de repères, deuils, témoins de violences répétées, etc... La liste est  longue, hélas.

DEROULEMENT

1.Le premier contact est toujours téléphonique, c'est un véritable entretien entièrement gratuit: c'est pour moi l'occasion de poser des questions, d'entendre la version des parents, de comprendre leur souffrance et d'entendre parler pour la première fois de l'enfant ou de l'adolescent et de sa problématique.

2.Le premier entretien, il se déroule en présence de l'un des parents parents au moins ou du tuteur, le cas échéant. C'est pour chacun d'entre nous l'occasion de se situer dans ce trio.

Cet entretien dure 45 à 60 mn en moyenne.

Il permet de vérifier l'adéquation entre les attentes des demandeurs et mes compétences.

Il s'agit aussi d'une mise en confiance réciproque et de prendre l'engagement de suivre cet accompagnement.

Il faut comprendre qu'il s'agit d'une décision importante : celle de mettre en place un protocole pour aller mieux et non pas de venir pour faire plaisir à l'une des parties.

Ce protocole implique de la transparence, de la réciprocité et de la confidentialité.

En fonction des objectifs que nous déterminons ensemble, une proposition d'un nombre de séances allant de 3 à 12 est déterminée.

Bien entendu, cette proposition pourra être revue en fonction des progrès constatés lors de l'accompagnement.

3. Les entretiens suivants sont faits en atelier et sont réservés à la personne concernée, sauf en cas d'accompagnement familial.

L'avancée du travail réalisé est communiquée en concertation avec l'enfant ou l'adolescent.

La clôture des séances, se fait toujours en présence d'un parent au moins.

Mes ateliers sont organisés à partir de la méthode DAAP (De l'Art A la Parole).